Le misanthrope | Création

de Molière

mise en scène José Lillo

du 26 Juillet au 06 Août 2016

  • Durée: 1h30
  • Horaires: Tous les soirs à 20h SAUF les 27, 29 et 31 juillet et les 3 et 5 août à 19h, supplémentaire le dimanche 7 août à 18h (relâche : le lundi 1er août)
  • A partir de: 12 ans
  • Plein tarif : CHF 30.-
    AVS / AI / Chômeurs : CHF 20.-
    -20ans / Etudiants / Professionnels : CHF15.-
    Groupements d’aînés / Carte 20ans/20frs : CHF 10.-

Le misanthrope ou l’atrabilaire amoureux est une comédie de Molière en cinq actes et en vers jouée pour la première fois en juin 1666 au Théâtre du Palais-Royal de Paris. Elle est la pièce la plus singulière de son œuvre, celle où il se livre à nu dans une analyse sans états d’âme de soi et des autres, des attendus et impondérables de la vie en société, des enchevêtrements amoureux, oscillant entre tragédie et comédie. Elle sera mise en scène par le Genevois José Lillo. Les thématiques abordées sont intemporelles, universelles, mais résolument provocatrices pour l’époque : se satisfaire des imperfections et des codes de conduite de la société, les accepter, ou manifester ses exigences d’authenticité et de refus des compromis, même si cela entraîne la solitude et le rejet ? Rousseau avait vivement critiqué cette pièce, pensant que Molière voulait mettre à mal les principes de sincérité et d’intégrité alors qu’au contraire l’objectif était plutôt de montrer que même le plus vertueux des hommes a ses faiblesses.

Alceste, le misanthrope, est un homme extrêmement honnête et intègre, à tel point qu’il lui manque une vertu essentielle, l’indulgence. Il hait tous les hommes qu’il considère comme des êtres hypocrites avides de pouvoir, des traîtres et des fourbes. Un compliment banal, de pure politesse, suffit pour qu’il se mette dans tous ses états. Dans ses élans de colère irréfléchis et impétueux, il n’épargne personne et a la fâcheuse tendance à se mettre continuellement à dos ses interlocuteurs. Et pourtant, il aime éperdument une coquette, une mondaine, fielleuse, légère et épicurienne, du nom de Célimène. Dilemme. Malgré les vifs encouragements de son meilleur ami Philinte, beaucoup plus réfléchi et tempéré que lui, Alceste peine à se livrer aux compromis.

Texte : Molière
Dramaturgie et mise en scène : José Lillo
Distribution : Lola Riccaboni, Céline Nidegger, Felipe Castro, Pascal Berney, José Lillo, Ludovic Payet, Piera Bellato et Elidan Arzoni
Collaboration à la scénographie : Cerise Rossier
Lumière : Rinaldo del Boca
Son : Damien Schmocker
Costumes : Maria Muscalu

Coproduction : Attila Entertainment / Théâtre de l’Orangerie

Soutiens: Etat de Genève, Ville de Genève, Action Intermittents

Audio-description par l’Association Dire pour Voir les 3 et 5 août (visite des coulisses avant la représentation de 17h30 à 18h00)

28.07.2016 - Le Courrier - Cécile dalla Torre
José Lillo: Dans la peau du misanthrope 

28.07.2016 - Tribune de Genève - Marianne Grosjean
Quand Molière donne dans la thérapie de couple

28.07.2016 - Le Temps - Alexandre Demidoff
Les enfants de Saturne à l'assaut du "Misanthrope"

 

Horaires : Tous les soirs à 20h SAUF les 27, 29 et 31 juillet et les 3 et 5 août à 19h, supplémentaire le dimanche 7 août à 18h (relâche : le lundi 1er août)
Durée : 1h30

 

Texte : Molière

Dramaturgie et mise en scène : José Lillo

Distribution : Lola Riccaboni, Céline Nidegger, Felipe Castro, Pascal Berney, José Lillo, Ludovic Payet, Piera Bellato et Elidan Arzoni

Collaboration à la scénographie : Cerise Rossier

Lumière : Rinaldo del Boca

Son : Damien Schmocker

Costumes : Maria Muscalu

 

Coproduction : Attila Entertainment / Théâtre de l’Orangerie

 

Avec le soutien: Etat de Genève, Ville de Genève, Action Intermittents

 

Audio-description par l’Association Dire pour Voir les 3 et 5 août (visite des coulisses avant la représentation de 17h30 à 18h00)

 

Le misanthrope ou l’atrabilaire amoureux est une comédie de Molière en cinq actes et en vers jouée pour la première fois en juin 1666 au Théâtre du Palais-Royal de Paris.

Elle est la pièce la plus singulière de son œuvre, celle où il se livre à nu dans une analyse sans états d’âme de soi et des autres, des attendus et impondérables de la vie en société, des enchevêtrements amoureux, oscillant entre tragédie et comédie. Elle sera mise en scène par le Genevois José Lillo. Les thématiques abordées sont intemporelles, universelles, mais résolument provocatrices pour l’époque : se satisfaire des imperfections et des codes de conduite de la société, les accepter, ou manifester ses exigences d’authenticité et de refus des compromis, même si cela entraîne la solitude et le rejet ? Rousseau avait vivement critiqué cette pièce, pensant que Molière voulait mettre à mal les principes de sincérité et d’intégrité alors qu’au contraire l’objectif était plutôt de montrer que même le plus vertueux des hommes a ses faiblesses.

Alceste, le misanthrope, est un homme extrêmement honnête et intègre, à tel point qu’il lui manque une vertu essentielle, l’indulgence. Il hait tous les hommes qu’il considère comme des êtres hypocrites avides de pouvoir, des traîtres et des fourbes. Un compliment banal, de pure politesse, suffit pour qu’il se mette dans tous ses états. Dans ses élans de colère irréfléchis et impétueux, il n’épargne personne et a la fâcheuse tendance à se mettre continuellement à dos ses interlocuteurs. Et pourtant, il aime éperdument une coquette, une mondaine, fielleuse, légère et épicurienne, du nom de Célimène. Dilemme. Malgré les vifs encouragements de son meilleur ami Philinte, beaucoup plus réfléchi et tempéré que lui, Alceste peine à se livrer aux compromis.

 

Presse:

28.07.2016 - Le Courrier - Cécile dalla Torre

José Lillo: Dans la peau du misanthrope 

 

28.07.2016 - Tribune de Genève - Marianne Grosjean

Quand Molière donne dans la thérapie de couple

 

Crédits photos: Marc Vanappelghem


mise en scène José Lillo